Oeuvres d'art

Inversion, 1989Mousse EPS, bois, béton, terre, genévrier prostré (juniperus sargeti)10' × 20' de diamètre

Reflétant la fragilité de la végétation naturelle et la force des formations géologiques, cette œuvre évoque des souvenirs fondamentaux de lieux secrets et spéciaux, à la fois réels et imaginaires. Les sens de l'odorat, du toucher et de la vision du spectateur sont tous impliqués car ils sont attirés et canalisés à travers le site. Le centre de mon travail est la relation contradictoire entre les gens et la nature : notre appréciation de sa beauté et des forces de maintien de la vie et la cupidité technologique coexistante et la destruction de la terre. Ma sculpture rend hommage aux caprices de la nature ; en même temps, il aborde les tentatives humaines de contrôler et de restreindre la nature. Un merci spécial au personnel et à l'équipe de Socrates Park et à tous mes bons amis qui m'ont aidé avec cette pièce.

Rassemblement, 1994Béton, bois, végétaux5' × 13' × 15'

Je suis préoccupé par l'interaction entre la nature et la culture ; la fragilité de la terre et la destructivité de la consommation et de la construction humaines. Mes sculptures sont un rappel poétique de l'empiètement et du contrôle de l'homme sur la nature. Ils font référence à la civilisation, à la culture et au rôle nécessaire que nous devons assumer en tant que gardiens de la terre. Mes sculptures ont besoin d'une implication humaine ; ils doivent être arrosés, avoir accès à la lumière, être nourris et parfois taillés. Les sculptures parlent également du besoin humain d'une connexion physique avec la terre, du centrage, de la beauté et de la sérénité que nous acquérons lorsque nous expérimentons des phénomènes naturels à travers tous nos sens. L'équilibre précaire de Rencontre et les réactions de votre corps marchant dans l'espace clos, absorbant l'odeur des plantes et de la terre humide, ou la chaleur du soleil brûlant, rappellent les forces de la nature génératrices de vie dont nous avons besoin pour exister, et que nous devons préserver.

Mes remerciements à Enrico pour avoir rendu tout possible, à mon mari, Howard, et à nos amis, Suzanne et Howard, pour leur aide à déplacer la terre et à planter les morceaux. Un merci spécial à l'équipe Socrates qui a pris soin des plantes pendant la sécheresse estivale et à Sheree Kaslikowski qui a travaillé si dur pour remplacer celles qui n'ont pas survécu.

Exhibitions

7 mai 1989 – 11 mars 1990 Ville des sculptures
21 mai 1995 – 31 mars 1996 Surgir