Oeuvres d'art

Victoria's Secret, 1999Technique mixte

Mes œuvres reflètent ma vision de la sexualité féminine. Je suis arrivé aux États-Unis en provenance du Japon il y a cinq ans. Ma première impression de la culture américaine tournait autour de l'obsession de la société pour que les gens paraissent sexy. En revanche, dans la culture japonaise, être perçu comme sexy n'est pas forcément une bonne chose. Les femmes japonaises préfèrent être mignonnes plutôt que sexy car elles souhaitent être désirables mais pas agressives.

Au début, je trouvais l'idée de sexy séduisante. Je pensais qu'il semblait plus honnête d'être si ouvert sur la sexualité humaine. Quelques années plus tard, cependant, j'ai découvert un sentiment d'isolement inhérent à la nature de être sexy.

Selon le concept traditionnel japonais de l'amour, une femme amoureuse est censée ressentir les mêmes pensées et émotions que l'homme qu'elle aime. Et ce faisant, la femme vient partager sa vie. Ce concept, je crois, fait souffrir les femmes.

Je souffre quand un homme a une relation physique avec moi mais est incapable de partager ses émotions. Je viens d'une culture étrangère et les hommes d'ici ont tendance à me considérer comme un objet sexuel. Je ressens un sentiment de brutalité dans une relation purement physique. En tant que femme, je ne peux pas séparer mes émotions de l'acte sexuel. Mes émotions connectent fortement mon esprit.

Exposition

26 septembre 1999 – 16 avril 2000 Ozymandias