10 juillet 2020 – 21 mars 2021

"Parce qu'une fois que vous entrez dans ma maison, cela devient notre maison"

Contreplaqué, affiches, acier, LED et performances
44 × 44 × 21 pieds

Crédits photo – #1, 3, 5, 7, & 8 Images d'installation par KMDeco Creative Solutions : Mark DiConzo ; #2 Image par Scott Lynch de la performance d'Emily Johnson ; #4 Image de l'installation par Sara Morgan ; #6 Image par Cut/Cut/Cut : Chelsea Knight & Iztiar Barrio de la performance de Laura Ortman

À propos

Le projet de Jeffrey Gibson pour le 'MONUMENTS MAINTENANT', « Parce qu'une fois que vous entrez dans ma maison, cela devient notre maison », rend hommage à l'ingéniosité des peuples et des cultures autochtones d'Amérique du Nord, à l'architecture précolombienne du Mississippien et à l'esthétique des camps queer. Gibson a conçu la structure à plusieurs niveaux pour faire référence à l'architecture en terre de l'ancienne métropole de Cahokia, qui était la plus grande ville du peuple indigène du Mississippien nord-américain à son apogée au XIIIe siècle. Le monticule de terre de la ziggourat précolombienne est représenté dans le monument à plusieurs niveaux de Gibson avec une structure en contreplaqué ornée d'une surface vibrante d'affiches collées au blé. Les affiches intègrent des motifs géométriques inspirés du Serpent Mound situé dans l'Ohio, un autre monument de la vallée du Mississippi, ainsi que des textes qui fonctionnent comme des slogans militants. Gibson a également organisé des performances dirigées par des Autochtones pour activer la structure au cours de l'installation.

Programmation

Gibson a invité trois créatifs autochtones - Laura Ortmann, Emilie Johnson et Corbeau Chacon – pour activer « Parce que vous entrez dans ma maison, cela devient notre maison », avec une série de performances diffusées dans le cadre d'un série de projections au cours de la 'MONUMENTS MAINTENANT' exposition.

En conversation : l'artiste Jeffrey Gibson et la conservatrice de Socrates Jess Wilcox –>

Reconnaissance collective des terres de parenté autochtone–>

Laura Ortman Performance Documentaire Première–>

Emily Johnson Performance Documentaire Première–>

En conversation : Jeffrey Gibson, Laura Ortman, Emily Johnson et Raven Chacon–>

Presse

The New Yorker

Jeffrey Gibson et son projet au parc ont été photographiés par Steven M. Contreras pour le numéro du 27 juillet de The New Yorker chargeur. Voir l'image->

Magazine artistique

Karen Rosenberg a interviewé Jeffrey Gibson pour Artful Magazine. Publié le 6 juillet 2020.

[Extrait]

Karen Rosenberg : La question de savoir quoi faire à propos de certains de nos monuments est très présente dans l'actualité. Mais c'est aussi un problème qui nous préoccupe depuis un certain temps, et des spectacles comme celui de Socrates demandent beaucoup de planification. Comment et quand avez-vous imaginé votre monument, et comment a-t-il évolué ?

Jeffrey Gibson : C'était il y a environ un an lorsque la commissaire de l'exposition, Jess Wilcox, m'a invité à faire le projet. Au moment où il y a eu un mouvement national pour démolir les monuments, nous étions déjà bien dans les plans confirmés pour ma pièce. Cela me trottait dans la tête depuis un certain temps de travailler avec l'architecture d'un tumulus culturel du Mississippe. L'idée d'activer en quelque sorte la structure avec des performances était également présente au départ.

KR : Quelles ont été vos sources d'inspiration formelles et historiques ? Vous avez fait référence aux monticules de terre de l'ancienne ville de Cahokia, dans l'actuel Illinois, et à la ziggourat précolombienne.

JG : Au début de la vingtaine, j'ai travaillé au département d'anthropologie du Field Museum, alors que j'allais à l'Art Institute of Chicago. J'y ai beaucoup appris sur les tribus et les cultures au-delà de la mienne. Mais quand je suis tombé sur les terrassements de la culture du Mississippe, j'ai été choqué de ne pas les avoir connus. Ma tribu, les Mississippi Choctaw, est l'une des tribus issues de la culture mississippienne. L'histoire populaire ne reconnaît même pas la culture du Mississippe - elle avance l'idée qu'il n'y avait pas de civilisation pleinement réalisée avant le contact, alors qu'en fait les découvertes culturelles du Mississippe sont la preuve qu'il y en avait une. Il y a des preuves de gouvernement, de culture civique. Alors, quand on m'a demandé de faire ce projet, la première chose qui m'est venue à l'esprit était cette structure de monticule.

Lire l'article complet dans Magazine artistique–>

Biographie de Jeffrey Gibson

Jeffrey Gibson est un artiste interdisciplinaire basé à Hudson, New York. Ses œuvres font référence à diverses histoires esthétiques et matérielles enracinées dans les cultures autochtones des Amériques et dans les sous-cultures modernes et contemporaines. Gibson est récipiendaire d'une subvention «Genius» de la Fondation MacArthur 2019.

Les expositions précédentes de Gibson incluent, Jeffrey Gibson, 'LIKE A HAMMER', organisée par le Denver Art Museum, et "This Is The Day", organisé par Le musée de Wellin. Parmi les autres expositions personnelles notables, citons: 'The Anthropophagic Effect' (2019) Le nouveau musée, New York; 'Regardez jusqu'où nous sommes venus!' (2017), Musée d'art Haggerty, Milwaukee; 'Jeffrey Gibson: Parle-moi,' (2017), Centre d'art contemporain de l'Oklahoma, La Ville d'Oklahoma; et "Une sorte de confession" (2016), Musée du Collège d'art et de design de Savannah, Savane.

Assistance

 

»MONUMENTS MAINTENANT»

PARTIE I: Jeffrey Gibson, Paul Ramírez Jonas, Xavière Simmons
PARTIE II: 'Appel et réponse»
PARTIE III: 'The Next Generation»
+ Le panneau d'affichage de Broadway & "Contactez nous »